Conférence sur la Syrie

Les Assads ont été reconnus pour avoir maintenu la fermeté de leur pays. À l’intérieur des deux générations qui avaient précédé le besoin de pouvoir, il y avait eu plusieurs coups d’Etat dans l’armée; La CIA a pris de nombreuses initiatives pour mettre en place des experts américains, des dirigeants anti-soviétiques à la fin des années 1940 et 1950. La Syrie était un acheteur soviétique après la prise de contrôle de Hafez al-Assad en 1970, établissant ainsi son partenariat avec la fédération de Russie. Hafez s’est gardé des challengers en installant des membres de sa secte minoritaire alaouite dans des rôles de haut niveau au sein du gouvernement, des services militaires, parallèlement à un énorme service de sécurité. Sa célébration a intégré des lignes directrices sur le bien-être quasi-socialiste, mais après le glissement en Union soviétique, il a commencé à libéraliser l’économie. Après avoir obtenu son lieu de travail en 2000, Bashar al-Assad a mis fin à l’exclusion de son père sur un poste de télévision par satellite et a supprimé les limitations en ligne. Celles-ci étaient considérées comme des symptômes de l’ouverture de cette nation. Les Syriens ont eu de l’espoir. Au cours de ce qu’on a appelé la saison du printemps de Damas, environ 1 000 intellectuels et militants ont autorisé une déclaration appelant à des réformes politiques. La routine a répondu avec des arrestations et des risques à travers la police secrète. Néanmoins, de nombreux Syriens pensaient qu’Assad voulait un autel, mais il a été présenté à l’arrière avec la vieille garde du régime. Son apparition physique le 30 mars 2011 a été l’occasion d’admettre les faiblesses de son gouvernement, de faire de véritables concessions et de rendre publiques des élections qu’il aura très probablement gagnées. Malgré tout, sa conversation de 45 secondes ne portait pas sur les griefs soulevés dans les rues, mais sur la «grande conspiration» visant à déchirer son pays de côté. Il a tenu pour responsable les troubles sur les adversaires syriens, qui « travaillent quotidiennement selon une approche préparée, systématique et technologique ». Ces ennemis, a-t-il expliqué, ont eu à déployer de fausses informations et de fausses photos faites pour ressembler aux soulèvements du printemps arabe. Ses affirmations seraient relayées par une chaîne de télévision qui a prétendu à tort que le groupe Al Jazeera, structuré au Qatar, possédait des répliques de lieux syriens où les réalisateurs américains et français avaient en réalité l’intention de filmer des manifestations frauduleuses. Il s’agissait d’une révision de la stratégie médiatique factice, amplifiée par les comptes de télévision express russes et les comptes de crédit de la presse sociale, qui détournerait l’inspection des crimes de votre régime en transformant des théories du complot. « Enterrer la sédition est en fait une obligation nationale, morale et spirituelle », a déclaré Assad lors de la clôture de sa conversation. «Tous ceux qui peuvent l’enterrer et n’en font pas partie en font partie… Il n’y a aucun moyen d’abandonner ou de centrer par là.»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *