Armement: Les reventes d’armes russes

A la veille de son voyage de deux jours à Vladivostok pour la conférence au sommet avec le président Vladimir Poutine, le ministre parfait, Narendra Modi, a proposé de fusionner les technologies russes avec les dépenses de la génération inférieure de l’Inde afin de développer des armements beaucoup plus économiques. Cela se produit certainement avec des accords dignes d’environ 12 milliards de dollars (86 241 millions de roupies). En mars, l’organisation internationale de recherche sur la paix de Stockholm, qualifiée de Russie, était le plus gros fournisseur d’avant-bras de l’Inde entre 2014 et 18, représentant 58% des importations de défense de l’Inde. Si aucune annonce de protection importante n’est prévue pour le Premier ministre Modi mercredi et jeudi, un certain nombre d’engagements dans le cadre du programme «Make in India» pourraient permettre à la Russie de conserver sa place au cours des années à venir. Ces tâches sont terminées et s’ajoutent à l’accord de 5,43 milliards de dollars pour 5 modèles de votre méthode de missile S-400 Zone longue à atmosphère longue matrice, annoncé lors du précédent sommet Modi-Poutine en octobre dernier. En 2015, à la demande de Poutine, Modi a consenti à l’acquisition de 200 hélicoptères énergétiques Kamov-226T destinés à Indian Pressure Oxygen Pressure et de l’armée sans appel d’offres. Le paquet de 2 milliards de dollars implique le développement de 140 Kamov chez Hindustan Aeronautics Ltd, à la suite de son entreprise commune, European Helicopters, qui fournit le premier 60, entièrement développé. À portée de la main, les hélicoptères russes alignent un Kamov-226T «navalisé» dans la flotte de 111 «hélicoptères de puissance navale» de la marine indienne. En utilisant ses installations de production amorties dans les 200 premiers kamovs, European Helis pourrait fournir à la marine des dépenses engageantes d’environ un milliard de dollars. New Delhi et Moscou ont approuvé un accord intergouvernemental visant à développer 750 000 fusils d’attaque russes pour l’armée indienne, moyennant des dépenses d’un milliard de dollars environ. En mars, Modi a inauguré une entreprise commune indo-russe à Korwa, à proximité d’Amethi, qui pourrait bientôt commencer à produire des fusils Kalachnikov AK-203. La coentreprise comprend l’Ordnance Manufacturer Board, avec un risque global de 50,5%; Kalachnikov, en utilisant un risque de 42%, et l’agence d’exportation détenue ou gérée par la Russie, Rosoboronexport, détenant le reste des 7,5%. En octobre 2018, l’affaire a accepté l’achat de plusieurs frégates russes de type Krivak-III. Les deux premières frégates disent que les chantiers navals de Yantar, de la Fédération de Russie et de l’Inde, qui seront partiellement intégrés, débourseront environ 1,5 milliard de dollars pour les accomplir. Ils seront équipés de moteurs à turbine à combustible Zorya ukrainiens et iront en Inde. Dans le même temps, un contrat juridique est en cours de négociation pour la construction des deux prochains Krivak à Goa Shipyard Ltd. L’Inde exploite actuellement six frégates européennes de classe Krivak. Les trois premiers, INS Talwar, Trishul et Tabar, ont été mis en service en 2003-2004. Par la suite, l’INS Teg, Tarkash et Trikand avaient été mis en service en 2012-13. Le missile BrahMos, développé conjointement par l’Inde et la Russie et coproduit actuellement à Hyderabad, est acheté par de nombreux navires de guerre indiens. En décembre dernier, le ministère de la Défense libérait le BrahMos qui laisserait sous le bras les 4 nouvelles frégates Krivak-III. Le système BrahMos de chaque navire, par exemple le «système de largage vertical» et les missiles à bord, coûte 1 250 crores de roupies (175 000 dollars). Des missiles BrahMos peuvent également être commandés pour les 4 destroyers de la marine de la marine à Visakhapatnam et peuvent approvisionner les nombreuses frégates du Projet 17A moins que leur fabrication. Le prix total est d’environ 2,6 milliards de dollars. En décembre dernier, le ministère de la Défense a publié qu’il possédait le missile russe Igla-S, considéré comme le «système de protection de l’oxygène de très petite variété» de l’armée, de la marine et des forces aériennes. Rosoboronexport, une organisation exportatrice de la Russie, a demandé 1,5 milliard de dollars pour l’acquisition de 5 175 missiles Igla-S et de 800 lanceurs, ce qui a permis de vaincre les entreprises suédoise Saab et française, MBDA. L’Igla-S VSHORADS, avec une sélection de 8 kilomètres, protégera les membres de l’armée contre les avions de combat ennemis se glissant avec les défenses de l’IAF. Même si l’Igla-S est un processus ancien, avec le choix de l’armée russe sur le 9K333 Verba, il offre un choix rentable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *